HIPPOCRATE, La dépression.

09Oct06

La dépression


La dépression est une maladie grave qui peut frapper n’importe qui.
Grâce à un diagnostic précoce et à un traitement adapté, les patients
dépressifs peuvent retrouver goût à la vie.


Symptômes et évolution

Les
causes de la dépression sont aussi multiples que ses manifestations. La
maladie évolue généralement par phases de plusieurs mois, voire de
plusieurs années, dont le dépressif a le plus grand mal à se sortir
sans aide extérieure. Etats de tristesse ou d’apathie, troubles
physiques tels que l’insomnie ou la paralysie presque totale d’un ou de
plusieurs membres, l’éventail des symptômes est large. Nombre de
dépressifs souffrent aussi de troubles digestifs, ou n’ont plus
d’appétit et perdent rapidement du poids.
La dépression se
manifeste de manière organique dans le cerveau. La baisse de moral, la
fatigue, le sentiment de culpabilité et tous les autres symptômes
psychiques sont dus à une altération de la communication entre les
neurones du cerveau. Les neurotransmetteurs permettent de transmettre
l’information d’une cellule nerveuse à l’autre. Chez les personnes
dépressives, il y a un déficit en neurotransmetteurs, principalement en
sérotonine et en noradrénaline. La cause reste encore inconnue.

Formes de dépression
On
parle de dépression unipolaire lorsque le patient est uniquement
dépressif. Mais de nombreux patients souffrent de troubles bipolaires.
Les périodes de prostration et de mélancolie alternent avec des phases
d’euphorie. On parle alors d’épisodes maniaco-dépressifs. Lors des
longues phases dépressives qui suivent les épisodes maniaques, il y a
un gros risque que les patients baissent les bras et ne trouvent plus
aucun sens à leur vie.
Une autre forme de dépression très courante,
c’est celle du patient âgé. Elle touche principalement les personnes
atteignant l’âge de la retraite. Avec la perte de leur emploi, certains
se retrouvent souvent au fond du gouffre.
Les femmes sont deux fois
plus touchées par la dépression que les hommes. Il est vrai qu’elles
acceptent plus facilement de parler de leurs problèmes. Elles sont donc
plus fréquemment diagnostiquées comme dépressives. Mais cette
différence s’explique aussi en partie par un dérèglement hormonal,
notamment au moment de la ménopause. Les traitements médicamenteux
permettent de diminuer les symptômes.


La dépression reste encore mal dépistée

Le
centre hospitalier René Dubos de Pontoise, en région parisienne, fait
partie de « l’alliance européenne contre la dépression », un programme de
lutte contre cette terrible maladie. 16 états européens sont
représentés au sein de cette alliance. Les besoins sont criants. Selon
une étude effectuée à l’échelle européenne, environ 7 % des Européens
souffriraient de maladies dépressives nécessitant un traitement.

La
dépression nuit plus que toute autre maladie à la qualité de vie du
patient. Elle conduit dans de nombreux cas au suicide. Environ un tiers
des personnes souffrant de dépression majeure tentent de mettre fin à
leurs jours. C’est la raison pour laquelle l’alliance contre la
dépression a mis en place un numéro d’urgence pour les patients
suicidaires. Le fort taux de suicide est révélateur de carences en
matière de diagnostic et de traitement de la dépression. Cela
s’explique par l’attitude pessimiste et apathique des patients
eux-mêmes, mais aussi par le manque de connaissances des médecins.

Le regard de la société
Encore
faut-il que les personnes dépressives acceptent de se rendre chez le
médecin. Le regard de la société sur la dépression pose aujourd’hui
encore un sérieux problème. Elle est souvent assimilée à un « laisser
aller ».

Un exemple célèbre : le peintre Vincent van Gogh. Il
semblerait qu’il ait souffert de dépression dès l’enfance. En 1890, il
vient s’installer à Auvers-sur-Oise, sous la surveillance du médecin et
amateur d’art Paul Gachet. Ce dernier ne parvient pas à le libérer de
sa dépression qui ne cesse d’empirer. Le 27 juillet 1890, van Gogh se
tire un coup de revolver dans la poitrine. Il succombera 2 jours plus
tard des suites de ses blessures. Il est enterré à Auvers-sur-Oise, aux
côtés de son frère Theo.

Les personnes souffrant de dépression
ont souvent une perception modifiée du monde qui les entoure. Les
pensées négatives prédominent. Cela peut se manifester de différentes
manières. Certains patients souffrent de fatigue extrême. D’autres
développent un comportement agressif, comme cela a été le cas pour le
magasinier Marc Goerigk, victime de harcèlement sur son lieu de
travail: « Je ramenais tout mon stress à la maison. Ma femme me faisait
souvent remarquer que je lui répondais de manière virulente et que
j’étais devenu agressif. Quand j’y repense, je n’ai rien vu venir. Mais
ça a été un tournant décisif pour moi. J’ai compris que j’avais besoin
d’aide. » Marc présentait les symptômes classiques de la maladie, comme
des troubles du sommeil, un réveil précoce, une perte d’appétit, une
baisse de la libido et un manque de tonus.

Thérapies
Les
stratégies de lutte contre la dépression varient en fonction de la
gravité de la situation. Les gens ont souvent besoin de faire un séjour
prolongé à l’hôpital avant de pouvoir reprendre pied dans la vie de
tous les jours. Il faut redonner aux patients le goût de vivre et
parfois, aussi, les libérer de leur agressivité.

Seuls 10 % des
personnes dépressives reçoivent un traitement vraiment adapté. Parmi
les thérapies les plus reconnues, on trouve les thérapies
comportementales, les psychothérapies et les thérapies de relaxation.
Mais ce ne sont que des traitements auxiliares. Les médicaments restent
le principal traitement de la dépression. Chez les personnes
dépressives, il y a un déficit en neurotransmetteurs, principalement en
sérotonine et en noradrénaline. Les médicaments tels que les
antidépresseurs permettent d’augmenter les apports de
neurotransmetteurs au cerveau. Le cerveau fonctionne à nouveau
correctement et les symptômes de la maladie finissent par disparaître.
Les antidépresseurs permettent de stabiliser l’état du patient pendant
plusieurs années. Il se peut même que le patient ne retombe jamais
malade. Mais certaines personnes doivent vivre avec cette maladie toute
leur vie. On estime que cela concerne au maximum 15 % des patients.

Chez
les personnes dépressives, la pensée et les actes sont souvent
étroitement liés. Les dépressifs sont souvent une charge pour leur
entourage. Ils en sont du moins persuadés. Il est donc essentiel que
les patients prennent conscience de leurs idées noires et apprennent à
les maîtriser. A l’aide d’un système de biofeedback, fonctionnant de la
même façon qu’un détecteur de mensonges, il est possible de mesurer
certaines réactions corporelles du patient que peuvent induire des
changements d’humeur ou des sentiments douloureux. On mesure notamment
la tension artérielle et la transpiration du patient. Ce dernier
visualise les informations directement sur l’écran d’ordinateur.

La
plupart des gens ont du mal à imaginer qu’une maladie psychique puisse
être aussi grave qu’une maladie physique. De nombreux dépressifs
n’osent pas consulter un spécialiste. Les groupes de soutien peuvent
donc s’avérer un excellent compromis lorsque les patients sont trop
intimidés pour s’adresser à un médecin. Ici, les malades réalisent
qu’ils ne sont pas les seuls dans cette situation, que d’autres
personnes traversent les mêmes épreuves qu’eux.

…………………………………
HIPPOCRATE – Magazine de santé
Mardi 10 octobre 2006 à 14h00
Rediffusion du 08 novembre 2005
Rédactrice en chef : Heidemarie Petters Une coproduction ZDF -ARTE G.E.I.E.

Publicités


No Responses Yet to “HIPPOCRATE, La dépression.”

  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :