[XPO] Trace du scaré au centre G. Pompidou

18Juin08

Expositions au Centre

7 mai – 11 août 2008
11h00 – 21h00
12 €, 9 €

Trace du scaré au centre G. Pompidou

Durant toute la durée de cette exposition, le Centre Pompidou propose une programmation pluridisciplinaire qui interroge l’influence de la spiritualité dans l’art du XXe siècle.

Nous vous conseillons de visiter l’exposition Traces du Sacré le week-end après 17h (fermeture à 20h50) ou le jeudi en nocturne (fermeture à 22h50).

Un nouveau dispositif d’accompagnement et de participation du visiteur

– Dispositif d’annotation collaborative
– Audioguides multimédia
– Dossiers pédagogiques

Pour enrichir l’expérience de la visite, un nouveau type de dispositif multimédia est disponible pour écouter les propos des commissaires et de personnalités du monde de la culture, et enregistrer ses propres observations à partir d’un guide multimédia ou de son téléphone portable. Chaque visiteur peut ensuite retrouver via Internet ses commentaires audio et les enrichir à son gré, notamment à l’aide du logiciel Lignes de temps, avant de les publier sur un site collaboratif développé à cette occasion.

Les artistes présentés dans l’exposition

Au terme de ce qu’on a coutume d’appeler le « désenchantement du monde », une partie de l’art moderne s’est inventée dans un paysage de croyances bouleversées qui continue de participer à l’invention des formes contemporaines. Dans un parcours qui embrasse toute l’histoire de l’art du 20e siècle, de C.D. Friedrich à Kandinsky, de Malevitch à Picasso et de Barnett Newman à Bill Viola, l’exposition veut donc interroger la manière dont l’art continue de témoigner, dans des formes souvent inattendues, d’un au-delà de l’ordinaire des choses et demeure, dans un monde tout à fait sécularisé, la voie profane d’une nécessité irrépressible d’élévation.

A travers une large sélection de peintures, de sculptures, d’installations et de vidéos, Traces du Sacré rassemble quelque 350 oeuvres majeures dont de nombreuses pièces inédites en France, de près de 200 artistes de renommée internationale. Le jeu affirmé de la pluridisciplinarité, autour de Traces du Sacré, met en oeuvre toutes les composantes du Centre Pompidou – Vidéodanse, les Cinémas, les Revues parlées, les Forums de société, les Spectacles vivants, l’Ircam et la Bibliothèque publique d’information – pour offrir en regard de l’exposition des films, des vidéos, un spectacle, des concerts, un cycle de conférences et un colloque littéraire.

Caractéristique de l’Homo sapiens, l’apparition de l’art s’est faite, dès la préhistoire, en conjonction étroite avec nos interrogations fondamentales sur les questions de l’être, du provenir et du devenir. Ce lien entre l’inquiétude spirituelle et la création a été approfondi par toutes les grandes religions. Or, dès le 18e siècle, en Occident, la relation entre l’art et le religieux s’est profondément modifiée. La Réforme, l’essor du capitalisme, les idéaux des Lumières, le culte de la raison, le développement des villes débouchent sur ce que Max Weber a appelé «le désenchantement du monde». Parallèlement, le sentiment du retrait du divin exprimé par les artistes romantiques, puis l’annonce de la mort de Dieu par Nietzsche à la fin du 19e siècle ainsi que le début de la psychanalyse, les avancées de la physique et le marxisme, conduisirent à reconsidérer la place de l’Homme dans la création et par conséquent sa relation au religieux.

C’est dans ce paysage de croyances bouleversées que naît l’art moderne. Si, au cours de ce long processus, la sécularisation de la société délivra les artistes de leur sujétion aux églises, cette crise religieuse ne signifia pas la disparition du questionnement métaphysique. La thèse de cette exposition est qu’une partie de l’art moderne et contemporain s’est inventée à partir de ces préoccupations.

L’objectif de cette exposition est donc d’explorer les significations de la rémanence de ce questionnement pendant tout le XXe siècle et de montrer que – clef indispensable pour la compréhension de l’histoire de l’art moderne – il continue de participer à la création des formes contemporaines.


Commissaires / organisateurs:
Mnam/Cci – A. Pacquement, J.de Loisy, A. Lampe


, , , , , , , , , , ,

Publicités


No Responses Yet to “[XPO] Trace du scaré au centre G. Pompidou”

  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :